Position: Home >  News  
Test du No.1 Plus : un faux air de OnePlus One
Date2014/12/10 11:52:52

No.1 fait partie de ses marques qui savent surfer sur le succès de mobiles concurrents…
Comment ? Et bien, soit en assumant de faire une copie (le terme politiquement correct est « clone ») ou bien en s’inspirant fortement de certains critères tels que le design.

Le No.1 Plus fait partie de cette deuxième catégorie… à savoir un mobile qui s’inspire fortement du design du désormais célèbre (ndrl : chez les geeks que nous sommes) OnePlus One.

Un mobile que l’on trouve commercialisé (sur la boutique officielle de la marque par exemple : No.1) au prix de 120€ HT et hors frais de port.

1. Esthétique : sympathique ressemblance
Sans tomber dans la stricte copie, le No.1 Plus présente un design réussi et proche (il faut bien l’avouer) du OnePlus One.

  • Face/avant :
    Un écran de 5.5 pouces au-dessus duquel on retrouve l’écouteur et les capteurs habituels (photo, luminosité, proximité).
    En-dessous, les 3 touches sensitives toutes aussi habituelles (menu contextuel, accueil et retour). On notera également la présence (sous la touche « accueil ») d’une LED de notification (couleur bleu seulement).

  • Dos/arrière :
    Outre le marquage « No.1″ on retrouve le capteur photo dorsal de 16MP accompagné d’un double flash LED.
    Le cache-batterie pouvant être retiré, on accède à la batterie amovible ainsi qu’aux emplacements des 2 cartes sim et le logement de la carte micro SD.

  • Côté supérieur :
    On retrouve le jack 3.5 ainsi que le connecteur micro USB.

  • Côté inférieur :
    L’entrée micro primaire, et le haut-parleur.

  • Côté gauche :
    Le bouton on/off.

  • Côté droit :
    Le bouton de contrôle de volume +/-.

Les dimensions conséquentes (156.2mm de long x 76.8mm de large x 8.5mm d’épaisseur) nécessiterons un usage à 2 mains.
Et pour ce qui est du poids, les quelques données (ndrl : généralement totalement fausses) ont dû être vérifiées par mes soins, et on retrouve un 176 grammes sur la balance.

  • Flexion :
    Plutôt souple, le No.1 Plus est clairement un smartphone qu’il vaut mieux ne pas oublier dans la poche arrière de son jean avant de s’asseoir trop brutalement…

  • Pression :
    Pas de Corning Gorilla ou autre vitre du type. La dalle est donc relativement (toutes proportions gardées) souple, et on arrive donc à impacter facilement l’écran situé contre cette dernière.

Un mobile disponible en 2 coloris : soit du blanc légèrement brillant, soit du noir-gris.

2. Image et son : bonne qualité

Certes, point de Full HD (1080p) sur un mobile de cette catégorie et vendu à ce prix, mais…

  • Écran :
    Un écran IPS de 5.5 pouces, doté d’une résolution HD Ready (1280 x 720 pixels) ce qui donne une densité de 267ppp (Pixels Par Pouce ou encore PPI : Pixels Per Inch).
    Sans être la plus belle des images procurée par un smartphone testé en 2014, et malgré une densité inférieure à 300ppp, on a tout de même une image agréable à regarder.

  • Dalle tactile :
    Elle est naturellement réactive.

  • Haut-parleur, écouteur, jack 3.5 :
    Le haut-parleur fourni un son acceptable, mais loin d’être sans reproche. Non pas qu’il manque de puissance, mais les basses sont clairement absentes, et on a l’impression de n’écouter que des aigus.
    Pour l’écouteur, rien à redire, de même pour le jack 3.5

Le résultat obtenu est de bonne qualité, plutôt bluffant pour un mobile low-cost.

3. Performances : très raisonnables

Lorsqu’on regarde le catalogue de No.1, il apparaît que les performances ne sont pas le centre d’intérêt de la marque.
Elle mise sur le design, sur l’écran, sur le prix… mais rarement (jamais ?) sur les composants. Et le « Plus » ne déroge pas à la règle.

  • Antutu:
    (+) 17.700 points. Un score d’entrée/moyen de gamme en fin 2014.

  • Quadrant :
    (+) 7.100 points. Moins « sanctionnant », Quadrant nous fait comprendre qu’il s’agit d’un « petit » moyen de gamme.

  • Epic Citadel :
    (+) 46 images par seconde. De quoi garantir que l’image sera fluide.

Tout ceci étant lié à des composants classique tels que : un processeur quatre-coeurs 1.3GHz (Mediatek MTK6582), une mémoire vive de 1Go et un processeur graphique Mali 400MP.

Pour ce qui est de la mémoire de stockage, les 8Go initiaux revendiqué par le constructeur se transforment en 6Go lors du premier démarrage.

Mais quoiqu’il en soit, pas d’inquiétude, vous pourrez jouer sans aucune difficulté à de gros jeux 3D tels qu’Asphalt 8.

4. Connectivité : acceptable, mais pas de 4G

Comme toujours, ce mobile conçu-fabriqué-destiné au marché chinois n’a pas de 4G…
Et oui, l’empire du milieu n’en a pas encore grand chose à faire de cette norme, et on a donc ici un acceptable 3G+ (WCDMA), mais avec la fréquence 2100Mhz et 850Mhz…. cette dernière n’étant pas exploitable en France.

On retrouve également une connexion GSM (celle utilisée pour vos appels et vos SMS) quadribandes.
Ce qui indique que vous pourrez emmener ce mobile avec vous partout dans le monde.

Enfin, on retrouve du WiFi, du bluetooth, du micro USB, un emplacement micro SD (jusqu’à +128Go selon le constructeur), deux emplacements pour cartes sim, un jack 3.5, une puce (a)GPS, une radio FM, etc.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) :
    Le DAS permet de valoriser le niveau d’émission d’ondes d’un téléphone, notamment en usage.
    Et le No.1 Plus n’étant pas commercialisé officiellement en France, le DAS n’est donc pas connu…

Une connectivité acceptable, si on fait abstraction de la 4G manquante et de la 3G qui n’a pas de fréquence 900Mhz.

5. Système d’exploitation : Android surcouchéCertes, il s’agit d’un énième mobile fonctionnant sous Android, ce qui en soit est loin d’être original.

Mais la surcouche est quant à elle intéressante.

  • Système d’exploitation :
    Android 4.4.2 « Kit Kat ». Une version à jour si on excepte la version 5.0 « Lollipop » encore peu répandue sur nos smartphones en cette fin d’année 2014.
    Un système performant, personnalisable, et donc le Play Store permet d’ajouter bon nombre de bons jeux et de bonnes applications.

  • Surcouche constructeur :
    Une surcouche nommée « Free Me 3.0″ est présente sur ce mobile. Et sans être révolutionnaire, elle est bien sympathique.
    L’ergonomie et le design ont été revus, et comme d’habitude sur un smartphone destiné au marché chinois, il n’y a pas de « menu en profondeur ». En effet, tout est « à plat », tout est organisé sous forme panneaux d’accueils qui s’enchaînent les uns à la suite des autres.
    On retrouve également des applications supplémentaires et des widgets sympathiquement conçus (un pour la galerie, un pour la musique).
    Enfin les paramètres/réglages du téléphone ont été enrichies de quelques fonctions supplémentaires (des gestes notamment, comme le montre la vidéo de test).
    Seules un détail dérange : les traductions de mauvaises qualité, voire absentes avec un remplacement par de l’anglais manquant parfois de clarté.

Un bon système, et une bonne surcouche (qui mérite encore quelques améliorations de traductions).

6. Usage : bon à tout faire…

Ce No.1 Plus est un mobile bon à tout à faire, que ce soit du web (email, surf), du jeu (même du gros jeu 3D), de la lecture de mp3/vidéos, etc.

Concrètement, il se débrouille très bien, sur tous les points.

  • Appareil photo :
    Un appareil photo dorsal de 16MP, avec autofocus et double flash LED.
    Les photos obtenues sont de bonne qualité, bien qu’un peu surexposées. Mais rien de bien grave, car l’application native permet de corriger les photos.
    Échantillon photo : voiture miniature en mode macro.

  • Autonomie :
    Une batterie de 2.800 mAh équipe ce No.1 Plus. Et c’est clairement ce qu’il fallait !
    L’autonomie de ce mobile est donc bonne. 1 heure de vidéo (50% de son, 50% de luminosité, toutes les connexions ouvertes, etc.) aura consommé moins de 20% de l’énergie contenue dans la batterie.

Rien à redire donc, il s’agit bien d’un mobile qui conviendra à l’ensemble des besoins.

Conclusion : sympathique et pas cher

Le No.1 Plus est un mobile sympathique, complet et qui est proposé à un prix très agressif (moins de 120€ HT et hors frais de port).

Un mobile qui conviendra au mieux à l’ensemble des besoins.
On remarquera notamment un bon écran HD Ready (720p) et des performances suffisantes (bien que théoriquement faibles selon le score fourni par Antutu) pour faire tourner un gros jeu 3D.

On pourra cependant lui reprocher la connexion 3G sur laquelle la fréquence 900Mhz absente pourrait embêter les utilisateurs présents dans des zones mal couvertes.

Mais pour ce qui est de l’appareil photo, de l’autonomie, de la lecture de vidéos-mp3, etc. rien à redire.

Ah si, les traductions. On sent que le français n’est pas une langue super-bien-maîtrisée par l’équipe de Free Me 3.0, mais sans que cela est un réel impact sur l’utilisation de ce mobile.